ismag

هام معادلة شهادة بالمغرب alence Des Diplômes Au Maroc

mohammed

مشرف منتدى tawjihnet.net
طاقم الإدارة
Diplôme De L’étranger : Équivalence Des Diplômes Au Marocمعادلة شهادة اجنبية بالمغرب​
UNE fois le diplôme en poche, les étudiants fraichement rentrés de l’étranger se voient contraints de faire valoir leurs titres auprès de l’autorité de tutelle. En effet, faute de l’équivalence, ils risquent de voir leurs études partir en l’air. Du moins, devant les employeurs et institutions d’enseignement pulic. Néanmoins et à toutes fins utiles, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et la recherche scientifique a arrêté les conditions ainsi que la procédure de l’octroi des équivalences de diplômes de l’Enseignement supérieur. Concrètement, il s’agit de la constitution d’un dossier qui doit par la suite être présenté devant une commission sectorielle pour approation​

En outre, l’arrêté exige une traduction intégrale en arae ou en français de tout document liellé dans une autre langue et qui doit être assurée soit par l’autorité compétente du pays ayant délivré le diplôme, soit par un interprète assermentée. De même, les copies des documents requis doivent être certifiées conformes aux originaux, d’autant plus que la tutelle peut exiger la production des originaux de tout document pour examen et ce, chaque fois que cela est jugé nécessaire.
Ensuite, selon la spécialité, chaque dossier doit être présenté devant l’une des commissions sectorielles d’équivalence de diplômes. Elles sont au nomre de 5, notamment la commission sectorielle des lettres et des sciences humaines, celle des sciences juridiques, économiques, sociales et de gestion, celle des sciences mathématiques, physiques, chimiques, de la vie, de la terre et de l’univers, celle des sciences de la santé et enfin, celle des sciences techniques, de l’ingénieur et de l’architecture. Le ministère chargé de l’Enseignement supérieur est représenté dans chaque commission sectorielle par, d’une part, le directeur en charge des équivalences des diplômes de l’Enseignement supérieur ou son représentant. D’autre part, il est représenté par le directeur en charge de l’Enseignement supérieur ou son représentant. Ces commissions sectorielles se réunissent de manière périodique au cours de l’année universitaire. Par ailleurs, chaque dossier d’équivalence de diplôme est examiné au moins par un expert relevant de l’étalissement d’enseignement supérieur saisi. Chaque rapport d’évaluation doit conclure, soit à l’équivalence proposée par le diplôme étudié, soit à la nécessité pour le titulaire du diplôme en question, d’effectuer une formation complémentaire et/ou des stages de formation, ou encore suir des examens d’évaluation des connaissances et des aptitudes ou tests ou entretien avec un jury composé de spécialistes de l’étalissement. Lorsque la demande d’équivalence porte sur un doctorat ou un diplôme d’un niveau comparale, le dossier est étudié par deux experts relevant de deux étalissements distincts. Si les deux rapports sont concordants, l’équivalence est accordée ou refusée par la commission sectorielle selon les conclusions de ces rapports. Dans le cas contraire, il est procédé à une troisième expertise pour départager les avis​

En cas de rejet d’une demande d’équivalence, par une commission sectorielle, le demandeur peut saisir la commission supérieure des équivalences des diplômes par demande écrite de réexamen de son dossier adressée à l’autorité gouvernementale chargée de l’Enseignement supérieur. Cette demande doit être formulée au plus tard dans les 60 jours de la notification qui lui a été faite par cette autorité, appuyée d’une copie de la lettre de notification de la décision de la commission sectorielle concernée, et éventuellement, par de​
nouveaux documents​
Source: l'economiste[/​
Pour consulter le dossier de demande d’équivalence, [color=#téléchargement du doc[/color]
 
أعلى